Haut

Concert Bach

  • Présentation
  • Informations
  • A propos de...

Suite n°2 en si mineur BWV 1067
pour flûte traversière, cordes et continuo
Suite n°3 en ré majeur BWV 1068
pour trompettes, timbales, hautbois, cordes et continuo
Le Magnificat en ré majeur BWV 243
Jean Sébastien Bach (1685-1750)

Le Magnificat, écrit sur le chant d’action de grâce de la Vierge, tiré de l’évangile selon Saint Luc est une des rares oeuvres de Bach sur un texte latin, la plus importante après la Messe en si mineur. On lit dans Saint Luc (1,39-56) qu’après l’Annonciation, Marie rendit visite à sa cousine élisabeth et que celle-ci la qualifia « de femme bénie entre toutes les femmes ». Marie répondit alors par un joyeux chant de reconnaissance, un cri d’allégresse que l’évangile rapporte et que l’on intitule Le Magnificat, du premier mot de sa traduction latine. Le texte exalte à la fois l’humilité de Marie et la miséricorde de Dieu envers le peuple d’Israël.

Des concertos de Bach, il faut rapprocher ces autres musiques d’apparat que sont les Ouvertures ou Suites pour orchestre, des musiques de réjouissance et de décorum qui répondaient à un goût affirmé du public, alliant le prestige des Ouvertures à la française à la simplicité bonhomme de danses familières : de la grandeur et du rythme, de la gaieté, de bonnes manières et une pointe d’émotion, tous les ingrédients s’y trouvaient réunis pour séduire les auditeurs.
Chacune de ces ouvertures est suivie par une succession libre de danses souvent accouplées et par de petits morceaux à programme tels que la fougueuse Badinerie dans la Suite n°2 en si mineur. L’ouverture monumentale et grandiose de la Suite n°3 rappelle les fastes du Grand Siècle français. Mais la célèbre Aria qui suit domine l’oeuvre de sa beauté et de son apparente simplicité, cachant l’art polyphonique le plus développé, suivent une Gavotte, une Bourrée et une Gigue.

Musique sacrée
Amaya Dominguez






Suite n°2 en si mineur BWV 1067
pour flûte traversière, cordes et continuo
Suite n°3 en ré majeur BWV 1068
pour trompettes, timbales, hautbois, cordes et continuo
Le Magnificat en ré majeur BWV 243
Jean Sébastien Bach (1685-1750)

Maïlys de Villoutrey, soprano
Anna Reinhold, soprano
Paul Figuier, contreténor
Robert Getchell, ténor
Alain Buet, baryton-basse

Les Petits Chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly
Direction, François Polgár

La Grande Écurie et la Chambre du Roy

Direction musicale, Jean Claude Malgoire




 

 

VENDREDI 15 DÉCEMBRE 2017 . 20H
TOURCOING. Théâtre Municipal R. Devos

DIMANCHE 17 DÉCEMBRE 2017 . 11H
PARIS . Théâtre des Champs-élysées

Durée
à définir

Langue

Illustration
La Visitation de Jacopo da Pontorno, 1528-1529, Presbytère de Carmignano © DR